Combien vaut le fonds de commerce d’un salon de coiffure ou de soins et beauté?

A lire pour évaluer et valoriser un salon de coiffure / soins et beauté.

 

En 2017, les salons de coiffure représentaient la deuxième activité artisanale en France avec 85 492 établissements dont environ 64 000 salons [source : Union Nationale des Entreprises de Coiffure]. Les salons et instituts de beauté étaient quant à eux près de 42 000 [source : http://www.institutbeaute.net/].

Ces deux activités sont des domaines pour lesquels l’accès à un emplacement et/ou à un portefeuille de clients récurrents demeure primordial et réduit le risque lié au développement d’une clientèle ex-nihilo.

Dans ce contexte, la reprise d’un fonds de commerce existant est une option à ne pas négliger pour les entrepreneurs se lançant dans cette activité, ou pour les franchises et enseignes souhaitant accélérer leur développement. Elle constitue en outre un moyen pour les dirigeants de salons de valoriser/compléter leur patrimoine au moment de la retraite.

Cependant, ce secteur a connu des mutations profondes et rapides avec notamment la progression de l’activité à domicile (qui atteint environ 25% du nombre des établissements de coiffure) ou le développement du digital.

En parallèle, le taux de reprise du secteur (c’est à dire le nombre de reprises sur le total d’immatriculations) a connu une baisse sensible en passant de 18,4% en 2011 à 11,3% l'an dernier [source UNEC].

Quelles sont les conséquences de ces évolutions (notamment la baisse du nombre de cessions) sur la valeur des fonds de commerce ?

Les graphiques ci-dessous présentent un rapide aperçu des transactions dans le secteur des salons de coiffures et de beauté (code NAF 9602). Les données utilisées proviennent de la base de données Atometrics, agrégeant notamment des données du BODACC et de DataInfogreffe.

Comment les prix médians des fonds de commerce des salons de coiffure/beauté ont-ils évolués depuis 10 ans?

Le graphique ci-dessous représente l'évolution du prix médian (en €) des cessions de fonds de commerce de salons de coiffure et/ou beauté de 2008 à 2018.

 

L'observation de ce graphique permet de différencier deux périodes:

  • De 2008 à 2012, le prix médian des fonds de commerce cédés est compris entre 70 000€ et 80 000€
  • De 2013 à 2018, ce prix médian est compris entre 50 000€ et 60 000€

En comparant les années 2008 et 2018, le prix médian des cessions à chuté d'environ 35%.

L'observation des prix de cession en valeur absolue permet d'appréhender le niveau des investissements engagés sur le marché des transactions de fonds de commerces des salons de coiffure/beauté. Toutefois, cette information n'est pas suffisante pour appréhender le niveau de valorisation des fonds en tant que tel. En effet, pour un salon donné, un niveau de prix supérieur peut par exemple être expliqué par une plus grande taille, pas nécessairement par une valorisation relative plus élevée.

Afin de mettre en avant cet effet, le graphique ci-dessous représente les prix des transactions exprimées sous la forme de multiples de Chiffre d'Affaires (CA) sur la période 2012 à 2018. En d'autres termes, ces multiples indiquent quel est le prix payé par les repreneurs pour l'achat d'1€ de CA annuel. Ces niveaux apparaissent sous la forme d'intervalles inter-quartiles, mesure qui permet de visualiser l'écart existant (la dispersion) entre les niveaux de valorisation les plus élevés et les plus faibles pour chaque année.

 

  • Il apparait que le niveau median de valorisation des fonds de commerce (exprimé sous la forme d'un multiple de CA) est en croissance constante sur la période. En effet, il passe d'un niveau de 0,43 (soit 43 centimes pour 1€ de CA annuel, ou encore 43% du CA annuel) à 0,59 en 2018, soit une progression de 37%!
  • Une tendance semblable est également observée au niveau des bornes basses (1er quartile) et hautes (3ème quartile) ce qui confirme qu'elle touche le marché dans son ensemble.

Existe-t'il des différences entre les niveaux de valorisation par région?

Les deux cartes ci-dessous représentent les niveaux de valorisation médians observés par région sur la période 2015-2016 et 2017-2018, respectivement.

 Multiples médians par région

(Période 2015 - 2016)

Multiples médians par région

(Période 2017 - 2018)

  • En comparant les deux cartes ci-dessus, on remarque qu'il existe un écart important entre les niveaux de valorisation par région. L'écart entre les niveaux de valorisation minimums (Hauts-de-France ou Grand-Est) et maximums (Provence-Alpes-Côte d'Azur) est de, respectivement, 0,19 (ou 19% du CA) pour la période 2015-2016 et de 0,32 (ou 32% du CA) pour la période 2017-2018.
  • Les multiples observés sur la période 2017-2018 sont stables ou en croissance par rapport à la période 2015-2016. Ceci indique bien que les écarts entre les niveaux de valorisation observés sur les différentes régions sont stables dans le temps.

Principaux enseignements

Malgré la baisse du taux de reprise et du prix médian des cessions (en valeur absolue), les analyses et graphiques ci-dessus suggèrent que:

  1. Au niveau national, le niveau de valorisation (exprimé sous la forme d'un multiple de CA) connait une croissance continue depuis 2012 (passage de 0,43 à 0,59 x le CA annuel). Si l'on extrapole, cette évolution correspond à une appréciation du patrimoine des cédants de 37% sur la période, soit un taux de croissance annuel moyen de 5,1% pour les investisseurs avertis.
  2. Cette hausse des niveaux de valorisation a touché le bas comme le haut de fourchette et est donc vraie pour l'ensemble des types de salons.
  3. Enfin, il existe structurellement des écarts importants entre les niveaux de valorisation observés sur les différentes régions françaises.

 

atometrics est une Fintech spécialisée dans l'analyse économique et financière. Nous mettons la data et le digital au coeur de notre approche et fournissons:

  1. des données: transactions comparables, comptes de sociétés ou informations sur le marché local par exemple,
  2. de l'expertise: sous la forme d'un accompagnement ou de prestations de conseil réalisés par une équipe expérimentée, et
  3. des outils: innovants (en automatisant certaines analyses via nos plateformes web comme bpmetrics par exemple.

Nos solutions s'adressent aux créateurs/repreneurs d'entreprises, aux dirigeants de TPE/PME, à leurs conseils (avocats, cabinets) ainsi qu'aux experts-comptables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *